(Crédit photo: La science de la connectivité: Monde de perspectives)

Un jour, alors que le cantonnier du village répandait du round-up à proximité de mes cultures de plantes médicinales, je tentais de lui expliquer les dégâts que cela générait sur le vivant .

« Vous êtes écologiste m’a-t-il répondu ! » ne cachant pas que pour lui cela était péjoratif !

Ma première réaction a été la colère car je me suis dit « Bien sûr je suis écologiste , qui ne l’est pas ? nous sommes tous écologistes, ce n’est que du bon sens , un écologiste n’est ni de gauche , ni de droite! ».

Cette saine colère m’a fait comprendre que je ne mettais pas les mêmes valeurs derrière le mot Ecologie, que la plupart. Et voilà la définition, la vision de l’écologie que je vous propose.

L’étymologie de écologie du mot vient du grec Oïkos (la maison, le patrimoine..)  et logos (la science, l’étude), par extension nous sommes dans la science de la Maison (tout ce qui a été dit et écrit se rapportant à la science,  de la planète Terre, de l’univers, des galaxies).

L’écologie,  n’est donc ni une philosophie encore moins un parti politique qui détiendrait la vérité ou tout au moins un certain pouvoir surcelle-ci !

L’écologie est une conscience que tout est connecté et interdépendant, une intelligence, un champ unifié d’informations et d’énergies qui régit les lois du vivant et les interrelations entre chaque organismes vivants. L’ écologie est donc ce qui garantit  de maintenir l’harmonie dans les différents règnes,  espaces,  univers, de préserver l’homothétie dans un système, l’équilibre etc. Il n y a pas de dualité il y a des équilibres , des harmonies et harmoniques qui doivent être respectés, c’est l’Ecologie qui régit tout cela. Donc L’Ecologie naturellement maintient des équilibres bienveillants , elle relève aussi bien des mathématiques, que de la physique, de la naturopathie ou de la médecine traditionnelle chinoise, de la chimie, ...

L’écologie peut se retrouver, ou se décliner  à différents niveaux : de la cellule au cosmos, elle peut être de nature centripète ( venir nourrir) ou centrifuge( aller nourrir), elle peut s’appliquer au métabolisme humain, au cycle de l’eau, au réseau informationnel du végétal, aux  relations humaines, aux pensées et actes que nous avons , aux décisions que nous prenons ,  à l’Espace ( le battement d’aile du papillon qui déclenche le tsunami..) tout cela relève de l’ Ecologie, il me semble !

Ainsi, cela induit qu’être écologiste c’est être conscient de cela ,et agir en conséquence cela engage notre responsabilité en tant qu’acteur.

 De quoi peut-on être responsable ? dans un premier temps de soi, son véhicule (le corps), ses pensées (négativantes ou positivantes et sans dualité), ses actes....afin de ne pas provoquer de cataclysme ! dans un deuxième temps ou simultanément nous pouvons être conscients de l’environnement extérieur qui nous entoure afin de ne pas subir un cataclysme !

  1. L’écologie interne c’est celle de nos corps. Exemple : face à 4 verres : un verre d’eau, de jus de fruits, de vin ou d’alcool à 45 degrés,  je sais pertinemment que selon mon choix, il va s’en va s’en suivre dans mon organisme une série de réactions, d’échanges d’énergies et d’informations différentes. Et les combinaisons sont multiples et différentes, la réaction qui suit un verre d’eau ne sera pas la même selon l’état de mon corps physique (matin, midi, soir, avant ou après une digestion, un effort physique etc.). L’écologie c’est donc la santé en tant qu’équilibre harmonieux de nos fonctions physiques (alimentation, oxygénation) et autres (sports, méditation) équilibre des 5 éléments, des 2 principes Yin/Yang . Nous n’avons pas fini d’en apprendre sur le corps humain et la beauté complexe de ses métabolismes ! Mais bon, il a lui aussi ses limites si vous ne vous nourrissez que de substances toxiques.....le corps physique va se dégrader et sera détruit car il devient inintéressant pour la Vie, pour le tou, alors il repart et sera « recyclé » pour une nouvelle aventure !

Un esprit sain dans un corps sain, et un corps en santé est un corps qui rayonne, Irradie, nourrit autour de lui....! Pour moi ces principes pleins de bons sens sont  absolument pareils pour ce qui est d’un jardin, d’une forêt ou d’une prairie, d’un élevage d’animaux, d’une rivière, d’un pays, d’une planète !

  1. L’ écologie externe va avoir 2 niveaux : Vous allez vous sentir concerné par l’Environnement qui vous entoure cela peut aussi bien être le réseau humain dans lequel vous évoluez ( compagnon, famille, amis, professionnel) que l’environnement au sens ville (environnement urbain), campagne (environnement naturel) . Lorsque l’environnement extérieur convient vous participez de manière harmonieuse au tout, lorsque l’environnement ne vous convient pas il y a maladie, dépression etc..Là nous sommes dans le cas où l’environnement extérieur exerce une pression négativante sur vous provoquant nous l’avons dit, stress, mal-être, maladie.

Il y a aussi l’écologie de nos actes et décisions c'est-à-dire ce que nous allons engendrer sur notre environnement pris dans le même sens que plus haut  (humains et naturel).

Lorsque vous êtes mal à l’aise dans votre travail, votre décision peut être d’en changer, ce qui est tout à fait naturel et sain. Ceci étant, l’écologie de votre choix, et c’est le terme utilisé en PNL (programmation neurolinguistique), va enchainer des réactions en chaines si vous êtes en couple et que cela implique un déménagement, ....votre conjoint va lui aussi devoir prendre des décisions...ou pas, et cela peut engager un divorce.

Alors l’écologie est non seulement capitale sur le court terme, incontournable et vitale sur le long terme. On pourrait faire un parallèle avec le sexe : tout le monde en a entendu parler, tout le monde en a fait l’expérience au moins une fois, seulement en cas de problème ...c’est toujours de la faute de l’autre !

Il est là le problème de l’écologie : tout le monde se sent concerné mais personne ne bouge ! C’est un peu comme un thérapeute qui prétend soigner les autres et ne s’applique pas à lui même ce qu’il prescrit ou enseigne....

C’est pourquoi nous avons à engager notre responsabilité, notre solidarité dans les interrelations du vivant, en respectant notre corps, contrôlant nos pensées, et de faire de même à l’extérieur avec la Nature, en intégrant que quand la nature  est blessée, nous sommes blessés, où que lorsque nous blessons l’autre nous blessons la Nature !